Please reload

Entradas recientes

Les Vicomtes de Rouergue-Millau (X°-XI° Siecles)

July 14, 2017

1/3
Please reload

Entradas destacadas

Ius collationis de la Maison Royale et Comtale David-Toulouse-Gévaudan

June 14, 2020

 

Principes impliqués dans l'évaluation de la validité des ordres de chevalerie:


1) Tout Etat indépendant a le droit de créer ses propres Ordres ou Décorations de Mérite et de fixer, à sa guise, ses règles particulières. Mais il doit être clair que seuls les degrés supérieurs de ces ordres d'État modernes peuvent être considérés comme chevaleresques, à condition qu'ils soient conférés par la Couronne ou par le chef «pro tempore» d'un État traditionnel.
 
2) Les Ordres Dynastiques (ou Famille ou Maison) qui appartiennent «iure sanguinis» à une Maison Souveraine (c'est-à-dire aux Chambres dirigeantes ou ex-gouvernantes dont le rang souverain était internationalement reconnu au moment du Congrès de Vienne en 1814/1815 ou après) conservent leur pleine validité chevaleresque, nobiliaire et sociale historique, malgré tous les changements politiques. Il est donc considéré comme outre vires de tout État républicain d'interférer, par la législation ou la pratique administrative, avec la famille dynastique princière ou les ordonnances de la maison. Le fait qu'ils ne soient pas officiellement reconnus par le nouveau gouvernement n'affecte pas leur validité traditionnelle ou leur statut accepté dans l'héraldique internationale, cercles chevaleresques et nobiliaires.
 
3) Il est généralement admis par les juristes que ces ex-souverains qui n'ont pas abdiqué occupent des postes différents de ceux des prétendants et qu'ils conservent de plein droit leurs pleins droits en tant que «fons honorum», même pour les ordres dont ils restent les grands maîtres. qui seraient classés, sinon, comme des ordonnances d'État et de mérite.
 
4) Bien que, à une époque - il y a plusieurs siècles - des particuliers de haut rang aient pu et aient créé des Ordres de Chevalerie indépendants, dont certains sont venus, en temps voulu, gagner un prestige considérable et obtenir une validité formelle de l'Église et de la Couronne , de tels droits de création d'Ordres sont depuis longtemps tombés en désuétude et, de nos jours, les Ordres de Chevalerie tels que nous comprenons que le terme doit toujours provenir ou être - selon une tradition ininterrompue de longue date - sous la protection de chefs ou de maisons de rang souverain reconnu.
 
5) La reconnaissance d'Ordres par des États ou des organisations supranationales qui n'ont pas d'ordres chevaleresques eux-mêmes, et dans les constitutions desquelles aucune disposition n'est prise pour la reconnaissance des institutions chevaleresques et nobiliaires, ne peut être acceptée comme constituant une validation par les souverainetés, puisque ces dernières certaines souverainetés ont renoncé à l'exercice de la juridiction héraldique. Le «statut» international d'un Ordre de Chevalerie repose en fait sur les droits offon honorum, qui, selon la tradition, doivent appartenir à l'Autorité par laquelle cet Ordre particulier est accordé, protégé ou reconnu.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Síguenos