Please reload

Entradas recientes

Les Vicomtes de Rouergue-Millau (X°-XI° Siecles)

July 14, 2017

1/3
Please reload

Entradas destacadas

Les Maisons non régnantes et leurs fons honorum

May 11, 2020

 

 

Par le Dr Carminio Castagno

Avocat et Notaire
Comte à la Le plus serein Maison Royale Paternò
Marquis de Castañares dans la Maison Royale de Cantabrie

 

 

1. INTRODUCTION

Il est connu de tous qu'il existe une réticence générale à reconnaître l'exercice du pouvoir du fons honorum par des Maisons non régnantes, une attitude qui devient encore plus catégorique dans les pays où règne une monarchie.

 

De ce dernier, l'Espagne elle-même se termine, où l'on semble oublier que S.A.R. Don Juan de Borbón y Battenberg, comte de Barcelone, a conféré à plusieurs reprises le célèbre Ordre de la Toison d'or, en tant que Souverain Grand Maître [1]. Et que la même chose s'est produite avec la branche de l'Ordre Constantinien Sacré et Militaire de Saint-Georges qui - bien que ce ne soit pas le cas par le Vatican [2] - est reconnue par la Maison Royale Espagnole [3], et dont le Grand Maîtrise est exercé par S.A.R. Don Carlos de Borbón-Dos Sicilias, duc de Calabre et Infante d'Espagne [4].

Nous ne nous intéresserons pas ici aux arguments solides qui soutiennent la préservation perpétuelle d'un tel attribut par tous les princeps natus qui dirigent une dynastie de descendance souveraine - sauf dans le cas où elle a encouru une débellatio -, une question qui a été une question de contributions éclairantes de spécialistes prestigieux, auxquels nous nous référons [5].

Cette brève contribution se limitera donc à la diffusion et au commentaire d'un événement presque inconnu et dont les caractéristiques extrêmement particulières le constituent comme un antécédent irréfutable qui - selon nous - établit la jurisprudence sur le sujet examiné.

 

 

2. UNE PETITE HISTOIRE
Une famille princière italienne très ancienne et remarquable est, sans aucun doute, celle d'Amoroso, descendant - par la ligne ininterrompue de l'homme - de l'empereur romain d'Orient Miguel II Balbo d´Amorio et au nom duquel le prédicat d´Aragona est ajouté [6] par privilège reçu du monarque aragonais le 11 juin 1500 [7].
 
Deux illustres corporations chevaleresques appartiennent à cette dynastie: «l'Ordre Militaire et Hospitalier de Sainte Marie de Bethléem» et l '«Ordre Militaire et Hospitalier de Saint Jean d'Acre et Saint Thomas», dont le Souverain Grand Maître Général a toujours été - par conséquent - le Chef du nom et des armes de la maison [8].


Un fait très pertinent est que tout cela a été confirmé par un décret du 22 septembre 1860 du roi du Royaume des Deux-Siciles, Francesco II de Bourbon, dans lequel son chef était également reconnu comme ayant le pouvoir de conférer des titres nobles [9] ainsi que la légitimité des ordonnances susmentionnées - elle a ensuite été admise dans de nombreuses décisions des tribunaux judiciaires italiens, dont la valeur juridique - [10].

 

 

3. UN ÉVÉNEMENT SINGULIER
À la fin de 1943, le chef de la maison de l'époque, S.A.I. le Prince Don Pietro Amoroso d´Aragona- conféré à H.M. Vittorio Emmanuele III, Roi d'Italie, le degré de Grand Collier de Justice de l'Ordre de Saint Jean d'Acre et Saint Thomas et a été créé par le comte d'Elusa, envoyant des documents et des décorations au duc d'Acquarone - chef de la Maison Royale Italienne correspondant, pour livraison au monarque.

La réponse du fonctionnaire royal nommé a été immédiate et est la suivante [11]:

 

“Le Ministre de la Maison Royale

 

                                                                       Brindisi, 19 gennaio 1944[12]

 

 

                                   Serenissimo Principe,

 

                     Mi sono fatto premura di presentare à Sua Maestà il Re, a seguito del precedente Augusto gradimento comunicato Le con la mia del 28 decembro[13] scorso, n. 277 di Prov/Ug il Brevetto e le insegne di Gran Collare di Giustizia del´Ordine Militare e Ospitaliero di S. Giovanni d´Acri e S. Tommaso, nonché le Magistrali Lettere Patenti con le quali V. A. S. quale venerato Gran Maestro dello storico e plurisecolare Ordine Cavalleresco, ha voluto insignirlo del titolo trasmisibile di Conte di Elusa, e che a tale scopo mi ha trasmessi.

 

                     S. M. il Re m´incarica di ringraziare Lei, Serenissimo Principe, per l´alta onorificenza e per la nomina comitale inviate, che l´Augusto Sovrano ha molto gradito ed apprezzato, e con Lei tutti gli insigniti della vetusta Milizia Cavalleresca che in sette secoli di esistenza ha scritto pagine gloriose di eroismo e di carità, e per i sentimenti di devozione spressi a Lui e alla sua Reale Famiglia, e dei quali Ella si è reso cosi nobile e fedele interprete, e per il contributo altamente significativo che sotto la Sua guida e il Suo Comando essi hanno finora dato e che seppiù daranno, nel Centro clandestino “Orbets” con i Cavalieri Betlemiti, all´aspra lotta di liberazione nazionale.

 

                     Nel compiere l´Augusto Sovrano volere, Le porgo, Serenissimo Principe, i sensi della mia più alta considerazione.

 

Il Ministro della Reale Casa

 

Acquarone

 

(Sigilo del Ministro della Casa di S. M.)”

 

 

4. COROLLAIRE
Avant toute tentative de tirer des conclusions de la note précédemment transcrite, il convient de noter quelques circonstances notables de l'affaire, à savoir:
a) Le prince qui accordait le grade chevaleresque et le titre noble était le chef d'une dynastie qui ne régnait plus dans aucune zone géographique.
b) Ces droits avaient été confirmés et reconnus à leurs prédécesseurs par un roi d'une monarchie disparue près de quatre-vingt-dix ans auparavant [14].
c) Le récipiendaire de ces honneurs n'était rien de moins qu'un monarque régnant alors, en espèces et en plein exercice de ses pouvoirs souverains [15].
d) Le territoire soumis à son imperium comprenait celui qui relevait précisément du domaine de celui qui avait rendu l'arrêté royal de confirmation et de reconnaissance du ius honorum de la dynastie concédante.

[1] À son fils, alors le prince Don Juan Carlos, aux rois Balduino I de Belgique et Constantino II de Grèce et au prince Don Carlos de Borbón-Dos Sicilias, duc de Calabre. De telles concessions ont été faites après le 15 janvier 1941 - date à laquelle son auguste père, SM le roi Don Alfonso XIII, a abdiqué le trône espagnol, et avant sa propre abdication des droits au siège de la ligne espagnole de la maison de Bourbon, produit le 14 mai 1975.
[2] Depuis le 19 avril 1987, Sa Sainteté le Pape Jean-Paul II a décidé de soutenir la branche de l'Ordre qui a S.A.R. Don Fernando de Borbón-Dos Sicilias, Duque de Castro, par Grand Maître. Nous n'avons pas cherché à vérifier si l'autre branche figure dans une "Liste non exhaustive de fausses ordonnances fausses, apocryphes, non reconnues ou d'initiative privée", qui est constituée d'informations fournies - entre autres sources - par le Vatican.
[3] Après la consultation effectuée en l984 auprès du Conseil d'État, de l'Académie Royale de jurisprudence et de législation, du Ministère des Affaires étrangères et de l'Institut Salazar y Castro du Conseil supérieur de la recherche scientifique.
[4] Dont une association présidée par le duc de Bailén est légalisée au Ministère de l'intérieur - depuis 1987. Le manque de soutien du Vatican a déterminé que de nombreux cardinaux nommés dans cette branche de l'Ordre ont rendu l'insigne.
[5] La bibliographie qualifiée et abondante citée dans l'étude intitulée "Le pretensioni del Capo di Nome ed Arme della Casata Reale d¨Aragona di fronte al diritto", qui fait office d'annexe aux statuts généraux (1983), peut être utilement consultée de la «Militare Ordine del Collare di Sant´Agata dei Paternò»
[6] Formant ainsi celle d'Amoroso d´Aragona, qui est - depuis - celle de la Casa Amoriense.
[7] Ces données sont mentionnées dans la note érudite du célèbre professeur Don René Galichet, comte de Castri, sur le «Libro d´Oro della Nobilità Amoriense» (Rome, 1956 - Consulta Araldica della Imperial Casa Amoriense - La Micrografica, Corso Tortona , Torino), publié dans le n ° 1 de "La croix de gueules", en date du 1er juillet 1957.
[8] Actuellement, c'est S.A. le Prince Don Luis Amoroso d´Aragona.
[9] Il convient de rappeler que le même monarque avait publié quatre jours plus tôt à Gaeta un arrêté royal de ténor similaire, concernant la dynastie Paternò Castello Guttadauro Ayerbe Aragona (document dont nous avons beaucoup traité dans notre étude «La Serenísima Casa Paternò»).
[10] Qu'ils en ont aussi fait de ceux conférés par le chef de la Casa Paternò et ses corporations chevaleresques.
[11] Nous connaissons votre texte grâce à la belle courtoisie du professeur D. René Galichet, comte de Castri.
[12] Le 10 septembre 1943, le Roi, avec le gouvernement, s'était installé à Brindisi - une ville dans laquelle il restera jusqu'à son abdication -, demeurant dans la ville de l'amiral Franco Rubartelli (commandant de la place militaire).
[13] Ou "dicembre"?
[14] Depuis la mort du Royaume des Deux-Siciles en 1860 - son territoire étant plus tard incorporé à celui de l'Italie unifiée - après l'expédition Garibaldino de "Les Mille".
[15] Il faut rappeler que le Grand Conseil du fascisme avait résolu lors de sa session du 25 juillet 1943 - jour où le roi destituerait plus tard Mussolini - la restitution au monarque de "l'initiative suprême de décision que nos institutions lui attribuent". », Inscrit dans l'article 5 du Statut du Royaume (VG: le pouvoir de déclarer la guerre et la paix). Et que la démission de Vittorio Emmanuele III "à la couronne d'Italie en faveur de mon fils Humberto de Savoia, prince du Piémont" a été officialisée à la Villa de Ravello - où résidait le couple royal, à l'invitation du marquis de Sangro- just le 9 mai 1944, dans un acte tenu à partir de 14h15 avant le Notaire Angrisani, de Naples.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Síguenos