Please reload

Entradas recientes

Les Vicomtes de Rouergue-Millau (X°-XI° Siecles)

July 14, 2017

1/3
Please reload

Entradas destacadas

États féodaux et souveraineté

May 7, 2020

Dans le sillage des droits souverains, il n'est jamais trop tard pour revoir les prérogatives applicables à un Prince Souverain, en exil, appelé «Prétendant». Ce sont:

 

1. Fons Honorum - ou source d'honneurs.

2. Jus Maiestatis - le droit d'être honoré et protégé avec un souverain en exil.

3. Iure Sanguinis - le droit transférable de privilèges princiers et souverains. En cas de suspension temporaire, en effet, prévoyant un état in pectore et potentia, qui prévoit le retour d'autres droits au prétendant lors de la restauration hypothétique du trône de ses ancêtres.

4. Jus Gladii - le droit d'exiger de ses sujets l'obéissance à son commandement suprême,

5. Jus Imperii - le droit souhaitable de gouverner, restent suspendus temporairement.

 

Par Prof. Don Eloi Angelos Ghio
Historien et géographe (Mec. LP 058-ES)
Expert en Généalogie et Héraldique. Directeur - Presidente

Institut des sciences biologiques, politiques et sociales «Dom Vasco Fernandes Coutinho»

et Institut d'architecture, d'histoire et de géographie de Cariacica, Brésil (Personeria Jrídica 1671, livre A-10 / CNPJ: 07.995.111 / 0001-80)

 

En étudiant le haut et le bas moyen-âge, l'historien est confronté à l'existence de plusieurs royaumes - baronnies, comtés, marquisados, duchés - en France, avant la formation de l'État national absolutiste, implanté par la lignée Capetíngia initiée par Hugh Capet , et entretenu jusqu'à nos jours par leurs descendants les ducs de Bourgogne, Bourbon, Orléans, Orléans-Guise. C'est dans ces cellules de pouvoir, où émerge la souveraineté des dirigeants dynastiques, que le "féodalisme", résultat de l'effondrement de l'Empire romain et de l'adaptation des hordes allemandes qui sont entrées en Gaule, s'est distingué de manière triomphale par la fusion des tribus franques avec le contingent gallo-contingent. Roman.

 

Comme Prof. Dr. Sérgio Resende de Barros, dans un texte brillant pour l'objectivité et la clarté réfléchissante:
 

«Les querelles territoriales constituaient des unités économiques, sociales et politiques avec une relative autonomie. Ils étaient gouvernés par leurs propriétaires, les seigneurs féodaux, qui entretenaient des relations hiérarchiques de noblesse (rois, ducs, marquises, comtes) et de clergé (pape, évêques, abbés). Ces princes laïcs et clercs étaient des suzerains et des vassaux entre eux sur la base de serments de loyauté, à travers lesquels ils formaient une pyramide hiérarchique de pouvoir et de dignité. Mais ils étaient tous des seigneurs féodaux. Chacun était propriétaire (dominus) d'un domaine féodal (dominium) et commandait dans le cadre des terres qu'il possédait comme querelle: le roi régnait sur le royaume, le duc régnait sur le duché, le marquis, le marquisado, le comte, le comté, pape, dans les terres papales, l'évêque, dans l'évêché, l'abbé, dans l'abbaye. Bref, chaque prince gouvernait sa principauté en vertu d'un domaine territorial. » (1)
 

De telles preuves, englobant tout le potentiel de la terre territoriale appelée «querelle», conduisent à la rationalisation que, le patrimoine universel d'une famille noble, élevé par la guerre, par un don majestueux d'un souverain, ou même par l'héritage filial et / ou le lien de mariage, la possession dans le temps d'un royaume déterminé, suit les normes juridiques du droit immobilier international, considéré au cours des siècles par l'évolution progressive des États nationaux, où des éléments spécifiques et inviolables, prévus, doivent être pris en compte. La déclaration correspond au fait distinct que «l'intention et la volonté» ne peuvent pas prévaloir sur les conditions essentielles de l'héritage, parmi lesquelles nous pouvons mentionner: le droit de la famille au sang - Iure Sangüinis; chronologie historique; faits historiques - base réelle dans le temps et l'espace des faits / événements; documentation externe et interne du demandeur - livres, généalogies, armoiries, timbres, traités, alliances, liens, etc.
 

Plus que notoire, depuis l'école primaire, le jeune homme contemporain apprend à l'école que la fragmentation de l'Empire romain d'Occident, basé à Rome, a rendu possible l'avènement du «féodalisme». Dans ce document, parmi les diverses caractéristiques, nous pouvons souligner la relation entre la souveraineté et la possession de terres féodales; suzeraineté et vassalité parmi les souverains; territoires et nobles candidats ou marchands enrichis; subordination des ecclésiastiques - évêques - au pouvoir du seigneur féodal; une législation normative régissant chaque querelle, qui, on peut le dire, fait référence au moteur embryonnaire des futures constitutions des États.
 

Parmi ces questions, nous ne pouvons pas oublier le rôle du souverain, le titre et la noblesse gouvernante des États féodaux. Il revient au célèbre italien Niccolò Maquiavelli - Nicolau Machiavelli - l'examen inégalé des couches essentielles au succès d'un administrateur féodal - Roi, Prince, Duc, Seigneur ... - dans le manuel intitulé «Le Prince», écrit en 1513, mais jusqu'à aujourd'hui lucide et actuel, adopté qui est dans toutes les universités et les cours de sciences sociales. On retrouve chez Machiavel l'intrigue et l'étude approfondie de la «politique» dans ses facettes les plus complexes. (2)
 

Les prérogatives d'un noble souverain et celles d'un noble détenteur de titre sont différentes. Ils englobent à la fois des environnements éloignés, où le premier a le pouvoir de gouvernement, la capacité de créer des nobles inférieurs, d'armer des chevaliers, de promouvoir des guerres, de frapper des pièces de monnaie, de percevoir des impôts, de donner des terres et d'exiger un vassalage, etc. Le second, le noble détenteur du titre, a peu de liens avec le pouvoir souverain, étant davantage en état d'être honoré, de fréquenter la haute société, d'obtenir des postes et des fonctions élevés, entre autres garanties et franchise.
 

D'où le soin qu'il convient de porter aux titulaires souverains, propriétaires de prérogatives inaliénables de Iures Sanguinis, Ius Maiestatis, Fons Honorum, Ius Gladii, etc., qui peuvent et doivent être considérés comme des «chefs d'État» - être des occupants de trônes ou d'anciens règnes - et les autres nobles. Passifs d'obéissance, de respect, à leurs supérieurs, plus proches du peuple, et situés à une échelle supérieure, pas très au-dessus du statut social de la bourgeoisie capitaliste, sont les nobles dirigeants.

 

En France médiévale, avant la consolidation de l'État national, par les rois français Capetíngio, il existait plusieurs royaumes autonomes ou semi-autonomes. Passant du haut moyen âge au bas moyen âge, la France compte trois grandes dynasties: mérovingienne, carolingienne et capétienne. De ce qui précède, vient l'avant-dernière maison royale, avec héritage jusqu'à aujourd'hui, dans la souche souveraine, aujourd'hui connue sous le nom de «Bourbon de Orléans-Guise», nommé par le titre héréditaire «Comte de Paris», le premier-né du roi ou du prétendant à gouvernement monarchique.
 

C'est un fait que la monarchie franque, fondée au Ve siècle par Meroveu - Mervigh -, à partir du VIe siècle, a donné naissance, avec le partage du royaume mérovingien, aux États souverains de Neustrie, d'Austrasie et de Bourgogne, jusqu'à la réunification.
 
La dynastie carolingienne, au IXe siècle, n'a pas éteint le duché de Bretagne. Le fief souverain, appartenant aux dynasties «Rennes» et «Nantes», «Cornouailles», «Dreux» et «Montfort», a survécu indépendamment du roi de France de 841 à 1532, date à laquelle il a été annexé au royaume français par le mariage d'Ana da Bretagne avec Charles VIII de France. Le duché de Lorraine, qui faisait partie de l'ancien royaume de Lotaríngia, gouverné par les Carolingiens, a été institué par le traité de Verdun (843), lorsque l'Empire de Charlemagne a été divisé entre ses deux fils. Le royaume ducal qui a marqué son indépendance de 977 à 1739, a été incorporé par Louis XV de France par héritage. Issu d'une famille ducale, vient la Casa catholique de Guise, qui aujourd'hui, à travers le «Bourbon Orléans-Guise», perpétue les droits de la Maison royale de France.
 
La dynastie capétienne, contemporaine de plusieurs querelles souveraines, dont le comté d'Artois, qui exista du XIIe siècle à 1659, date à laquelle elle devint une province française. Le comté de Valois, quant à lui, trouve son origine dans les domaines du comte Vaucher, qui passa la maison de Bourgogne-France, au XIe siècle, par mariage. Le duché de Normandie a été fondé en 911, par le traité de Saint-Clair-sur-Epte, en faveur de Rollon, le chef viking, dont le descendant Guillaume II, le Conquérant, deviendra roi d'Angleterre en 1066. En l'an 1204, dans une bataille, le roi Felipe II de France a conquis son territoire.
 

Plusieurs autres fiefs existaient en France, il n'est pas nécessaire de commenter chacun d'eux. Cependant, le Manoir-Baronial-Comté de Bourbon, feuder du comté de Bourges, apparaît également à la fin du Moyen Âge. Son élévation au Duché aura lieu au début du XIVe siècle.

 

(1) - BARROS, Sérgio Resende de. Direitos Humanos: Paradoxo da Civilização, pág. 326. Tese defendida e aprovada no concurso para obtenção do título de livre-docente na Faculdade de Direito da Universidade de São Paulo (USP), em 2001.

 

(2) - MAQUIAVEL, Nicolau. O Príncipe. Rio de Janeiro: Círculo do Livro, s/data.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Síguenos